Du pouvoir et des hommes : Jacques, Lionel, Jean-Pierre et les autres... par Jean-Pierre Friedman

Du pouvoir et des hommes : Jacques, Lionel, Jean-Pierre et les autres...

Titre de livre: Du pouvoir et des hommes : Jacques, Lionel, Jean-Pierre et les autres...

Éditeur: Michalon

ISBN: 2841861678

Auteur: Jean-Pierre Friedman


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Jean-Pierre Friedman avec Du pouvoir et des hommes : Jacques, Lionel, Jean-Pierre et les autres...

Découvrir la face obscure voire intime des hommes politiques... voilà une perspective bien alléchante ! De la passion presque animale pour le pouvoir à la raison qui rationalise et structure pour y parvenir, le tout agrémenté d'exemples concrets d'hommes politiques, le psychanalyste Jean-Pierre Friedman a largement analysé le rapport si particulier qui lie l'homme et le pouvoir. Avec, en toile de fond, l'infantilisme (comportement égoïste d'enfant gâté, caprices et réactions affectives primaires) et la complexité de l'adulte qui caractérisent ces grands hommes auxquels personne ne reste indifférent. Alors oui, ce goût du pouvoir est en chacun de nous. Pour preuve certaines expériences menées par des psychiatres et psychanalystes (parfois par l'auteur lui-même) qui amènent à une même constatation : peu d'hommes échappent, s'ils en ont les moyens, aux vertiges et excès du pouvoir. Il aborde aussi le problème délicat du "roi" (symbole même de la toute-puissance) et de ses "sujets" oscillant entre admiration, crainte, respect, et haine. Mitterrand, Roosevelt, Chirac ou Staline en sont, chacun à sa manière, un exemple frappant. "Le pouvoir satisfait la soif de puissance de celui qui l'exerce et la soif de certitude et de sécurité de ceux qui le subissent." Cette citation de Krishnamurti illustre à merveille ce paradoxe humain. Comme celui qui peut faire regretter certains régimes despotiques où "au moins, tout le monde mangeait et avait un toit sur la tête".
L'analyse subtile du Pouvoir et des hommes permet d'appréhender la "bête politique" comme un sujet d'étude qui dépasse les notions simplistes du "j'aime, j'aime pas" : d'après Jean-Pierre Friedman, "le pouvoir est une maladie mentale". Vu sous cet angle, la campagne électorale en France s'avère nettement plus drôle... --Marine Segalen

Livres connexes

Découvrir la face obscure voire intime des hommes politiques... voilà une perspective bien alléchante ! De la passion presque animale pour le pouvoir à la raison qui rationalise et structure pour y parvenir, le tout agrémenté d'exemples concrets d'hommes politiques, le psychanalyste Jean-Pierre Friedman a largement analysé le rapport si particulier qui lie l'homme et le pouvoir. Avec, en toile de fond, l'infantilisme (comportement égoïste d'enfant gâté, caprices et réactions affectives primaires) et la complexité de l'adulte qui caractérisent ces grands hommes auxquels personne ne reste indifférent. Alors oui, ce goût du pouvoir est en chacun de nous. Pour preuve certaines expériences menées par des psychiatres et psychanalystes (parfois par l'auteur lui-même) qui amènent à une même constatation : peu d'hommes échappent, s'ils en ont les moyens, aux vertiges et excès du pouvoir. Il aborde aussi le problème délicat du "roi" (symbole même de la toute-puissance) et de ses "sujets" oscillant entre admiration, crainte, respect, et haine. Mitterrand, Roosevelt, Chirac ou Staline en sont, chacun à sa manière, un exemple frappant. "Le pouvoir satisfait la soif de puissance de celui qui l'exerce et la soif de certitude et de sécurité de ceux qui le subissent." Cette citation de Krishnamurti illustre à merveille ce paradoxe humain. Comme celui qui peut faire regretter certains régimes despotiques où "au moins, tout le monde mangeait et avait un toit sur la tête".
L'analyse subtile du Pouvoir et des hommes permet d'appréhender la "bête politique" comme un sujet d'étude qui dépasse les notions simplistes du "j'aime, j'aime pas" : d'après Jean-Pierre Friedman, "le pouvoir est une maladie mentale". Vu sous cet angle, la campagne électorale en France s'avère nettement plus drôle... --Marine SegalenDécouvrir la face obscure voire intime des hommes politiques... voilà une perspective bien alléchante ! De la passion presque animale pour le pouvoir à la raison qui rationalise et structure pour y parvenir, le tout agrémenté d'exemples concrets d'hommes politiques, le psychanalyste Jean-Pierre Friedman a largement analysé le rapport si particulier qui lie l'homme et le pouvoir. Avec, en toile de fond, l'infantilisme (comportement égoïste d'enfant gâté, caprices et réactions affectives primaires) et la complexité de l'adulte qui caractérisent ces grands hommes auxquels personne ne reste indifférent. Alors oui, ce goût du pouvoir est en chacun de nous. Pour preuve certaines expériences menées par des psychiatres et psychanalystes (parfois par l'auteur lui-même) qui amènent à une même constatation : peu d'hommes échappent, s'ils en ont les moyens, aux vertiges et excès du pouvoir. Il aborde aussi le problème délicat du "roi" (symbole même de la toute-puissance) et de ses "sujets" oscillant entre admiration, crainte, respect, et haine. Mitterrand, Roosevelt, Chirac ou Staline en sont, chacun à sa manière, un exemple frappant. "Le pouvoir satisfait la soif de puissance de celui qui l'exerce et la soif de certitude et de sécurité de ceux qui le subissent." Cette citation de Krishnamurti illustre à merveille ce paradoxe humain. Comme celui qui peut faire regretter certains régimes despotiques où "au moins, tout le monde mangeait et avait un toit sur la tête".
L'analyse subtile du Pouvoir et des hommes permet d'appréhender la "bête politique" comme un sujet d'étude qui dépasse les notions simplistes du "j'aime, j'aime pas" : d'après Jean-Pierre Friedman, "le pouvoir est une maladie mentale". Vu sous cet angle, la campagne électorale en France s'avère nettement plus drôle... --Marine Segalen